06/11/2018 à 18h30 & 20h45 | Forum des Images, Paris (75)
Doc & Doc
La vie, à la folie

Documentaire sur grand écran

Deux films, de nature différente, se font ici les témoins de la force vitale de personnages en prise avec la folie et la psychiatrie. Deux films empreints de la puissance poétique d’un autre rapport au monde.

L’un est un film du hasard, celui qui a fait se rencontrer Yves, un jeune autiste et une équipe d’éducateurs qui saisissent la caméra pour lui donner l’occasion de jouer une échappée belle. Nous sommes à la fin des années soixante et ces images finiront, par le montage de Jean-Pierre Daniel, par livrer un film étonnant  : Le moindre geste. L’autre est le portrait sensible et fouillé d’un homme étonnant, enfant de l’asile psychiatrique, qui a su donner matière à son imaginaire et par son art, transgresser les frontières de l’hôpital. Henri-François Imbert nous guide à travers l’univers prolifique d’André Robillard, devenu une figure majeure de l’art brut. Deux odes à la nécessité existentielle de l’art.

Intervenants

En présence de Henri-François Imbert (réalisateur), Sandra Alvarez De Toledo (fondatrice des éditions l’arachnéen) .

Séances

Mardi 06/11/18 à 18h30 | Forum des Images, Paris (75)

Le Moindre geste
Jean-Pierre Daniel, Josée Manenti, Fernand Deligny
France, 1971, 105’
Yves est considéré par l’institution hospitalière comme «inéducable et irrécupérable». Pris en charge en 1958 par Fernand Deligny, Yves devient en 1962 le personnage central de ce film tourné dans les Cévennes.
Séance présentée par Henri-François Imbert et Sandra Alvarez de Toledo éditrice de Fernand Deligny, Correspondance des Cévennes, 1968-1996, L’Arachnéen, 2018.

Mardi 06/11/18 à 20h45 | Forum des Images, Paris (75)

André Robillard, en compagnie
Henri-François Imbert
France, 2018, 92’
En 1964, André Robillard s’est mis à fabriquer des fusils avec des matériaux de récupération, ramassés au hasard de ses promenades dans l’hôpital psychiatrique où il vivait près d’Orléans. Aujourd’hui, à 87 ans, André demeure toujours dans cet hôpital, où il est entré à l’âge de neuf ans il y a 78 ans. Entre temps, il est devenu un artiste internationalement reconnu du champ de l’Art Brut.
Avant-première suivie d’un débat avec Henri-François Imbert